Cycle de projections-conférences de films documentaires ou de fictions français et étrangers, d’une durée de trois heures (1h30 de projection et 1h30 de cours-compléments-débats)

Débat – Discussions : 16 octobre 2020 / 9h / Sur Zoom
Gratuit, accessible à tous et toutes

Kemtiyu Cheikh Anta – De Ousmane William Mbaye – 2016

Découvrir la vie et le travail Cheikh Anta Diop ce n’est pas entrer dans un débat « noir-blanc ». C’est découvrir un guerrier de l’esprit, un intellectuel-aigle qui surplombe une époque, qui voit plus loin, qui donne le ton d’un paysage mental. L’indépendance et l’unité du continent africain, l’aliénation culturelle, la connaissance et l’interprétation scientifique et critique de l’histoire des pays et des peuples : aucune des grandes préoccupations qui guident ses premiers écrits dès 1953 n’a disparu de l’agenda. Le plus important, il l’a dit lui-même, n’est pas décider si il avait totalement raison. Mais simplement, lorsque l’on doute, lorsque l’on a envie de mentir, de tordre la vérité, de penser à son exemple, à ceux qui l’ont combattu, à sa fierté et à son humanisme.

Lien vers le film [cliquez ici]. Il convient de visionner le film avant la séance de débat/discussions.

+ D’infos :

Débat – Discussions : 9 octobre 2020 / 9h / Sur Zoom
Gratuit, accessible à tous et toutes

Mouton 2.0 – De Antoine Costa, Florian Pourchi – 2012

Un film qui parle de moutons… mais pas que de cela. Et pas vraiment en fait : plutôt de la relation des humains et des moutons, de ce que les hommes font aux moutons, et les moutons aux hommes, et qui n’est pas seulement, malgré les apparences, de les nourrir…

Il est question de l’introduction de l’obligation de « puçage RFID » des ovins introduit par la législation européenne en 2005, et appliqué en France depuis 2010 (pour les agneaux) et 2014 (pour les ovins et caprins adultes). Et des bergers et éleveurs en lutte contre cette nouvelle obligation et de leurs motifs d’action.

Industrialisation de l’agriculture, dévalorisation du travail et des savoirs paysans, machinisation des êtres vivants, traçabilité sécuritaire et culte de l’innovation : les arguments évoqués parlent cependant de bien autre chose que d’un simple fichier électronique des moutons.

Et bien plutôt, comme le dit le sous-titre, de la volonté de nous mettre à tous « la puce à l’oreille »….

Lien vers le film [cliquez ici]. Il convient de visionner le film avant la séance de débat/discussions.

+ D’infos :

Débat – Discussions : 2 octobre 2020 / 9h / Sur Zoom
Gratuit, accessible à tous et toutes

Punishment park – De Peter Watkins – 2007

Fable politique inspirée par l’application du McCarren Act, une loi d’exception votée en 1970 à la faveur d’une aggravation du conflit au Nord-Vietnam, autorisant à placer en détention « toute personne susceptible de porter atteinte à la sécurité intérieure ». Dans une zone désertique du sud de la Californie, un groupe de condamnés est amené, contre la promesse de leur libération, à traverser le désert à pied, sans eau ni nourriture, pour atteindre le drapeau américain sans être capturés par les forces spéciales armées et motorisées lancées à leur poursuite.

Lien vers le film [cliquez ici]. Il convient de visionner le film avant la séance de débat/discussions.

+ D’infos : références, compléments [cliquez ici]

Projection-débat

Date : 21 novembre 2019 / 12h30 – 15h30
Lieu : Amphi 1 / Campus de Jacob-Bellecombette

Entrée libre

Sacrée croissance ! De Marie-Monique Robin – 2014

Alors que la crise (économique, sociale, écologique) s’installe durablement en Europe et dans le reste du monde, le « retour à la croissance économique » est systématiquement invoqué par les responsables politiques de droite comme de gauche, comme le sésame indispensable qui permettra de sortir du tunnel.

Pourtant, des voix de plus en plus nombreuses sʼélèvent pour réclamer un changement de paradigme, qui permette d’affronter les défis du XXI ème siècle : le réchauffement climatique, l’épuisement des énergies fossiles et des minerais, la réduction de la biodiversité, la crise alimentaire, financière et sociale, etc.

+ D’infos : références, compléments [cliquez ici]

Projection-débat

Date : 07 novembre 2019 / 12h30 – 15h30
Lieu : Amphi 1 / Campus de Jacob-Bellecombette

Entrée libre

La fin de la pauvreté ? De Philippe Diaz – 2009

Avec tant de richesse dans le monde, pourquoi y-a-t-il encore tant de pauvreté ?

S’aventurant au-delà des réponses « populaires » sur les origines de la pauvreté, « The End of Poverty? La fin de la pauvreté ? » se demande si les véritables causes ne viennent pas d’une orchestration des pays riches pour exploiter les plus pauvres, de l’époque coloniale à aujourd’hui. Ce film montre comment depuis cinq siècles, le Sud finance le Nord, d’abord à travers les conquêtes, puis ensuite par le truchement de certaines organisations internationales, en imposant des modèles économiques (FMI, Banque Mondiale, Consensus de Washington, puissance financière de Wall Street…).

+ D’infos : références, compléments [cliquez ici]

Projection-débat

Date : 17 octobre 2019 / 12h30 – 15h30
Lieu : Amphi 1 / Campus de Jacob-Bellecombette

Entrée libre

L’enfant sauvage, de François Truffaut – 1970

François Truffaut tourne en 1969 un film en noir et blanc, L’Enfant sauvage, dont l’intrigue est tirée d’une histoire authentique, celle de « Victor de l’Aveyron », un garçon d’une dizaine d’années retrouvé à l’état sauvage dans une forêt en 1800. C’est la première fois que le cinéaste se met en scène dans un de ses films, en interprétant le rôle du Dr. Itard, jeune médecin-chef de l’Institut des sourds-muets à Paris, qui prend en charge l’enfant pour tenter de le réinsérer dans la communauté des hommes.

+ D’infos : références, compléments [cliquez ici]

Projection-débat

Date : 10 octobre 2019 / 12h30 – 15h30
Lieu : Amphi 1 / Campus de Jacob-Bellecombette

Entrée libre

Camp de Thiaroye, de Ousmane Sembène – 1988

Il y a peu de degrés dans l’ignominie et la bêtise. Mais si il en est, le massacre des combattants africains de la Seconde guerre mondiale au Sénégal, le 1er décembre 1944, à peine revenus des fronts d’Europe, se trouve malheureusement au sommet. Ce moment historique tragique, sans équivalent, très tardivement reconnu par l’État français, constitue aujourd’hui encore un élément fondamental des relations culturelles franco-sénégalaises.

Le film d’Ousmane Sembène, grand prix du jury de La Mostra de Venise à sa sortie, en est l’évocation historique précise et sobre, en même temps qu’une œuvre cinématographique profonde et poignante.

+ D’infos : références, compléments [cliquez ici]

Projection-débat

Date : 3 octobre 2019 / 12h30 – 15h30
Lieu : Amphi 1 / Campus de Jacob-Bellecombette

Entrée libre

En équilibre, de Denis Dercourt – 2015

Une fois n’est pas coutume, c’est un film « grand public » qui est proposé dans le cadre de ce cycle de projection. Au-delà du « mélo » que ce film semble parfois être, et sur lequel chacun se fera une opinion, des thématiques fortes sur la réparation du dommage corporel sont évoquées. Si les pratiques des compagnies d’assurance sont exagérées par rapport à la réalité, le fond du propos est absolument juste.

Inspiré de l’histoire vraie de Bernard Sachsé, relatée dans le livre Sur mes quatre jambes, aux éditions du Rocher [ici].

+ D’infos : références, compléments [cliquez ici]

Projection-débat exceptionnelle en présence du réalisateur Batiste Combret

Date : 19 septembre 2019 / 12h30 – 15h30
Lieu : Amphi 1 / Campus de Jacob-Bellecombette

Entrée libre

Les pieds sur terre, de Batiste Combret et Bertrand Hagenmüller – 2017

Il n’y aurait pas les méchants « zadistes » d’un côté et les gentils gouvernants de l’autre ? Il n’y aurait pas des « jeunes radicalisés » et des vieux responsables ? Ce documentaire propose de sortir des clichés confortables et politiquement construits dans lesquels la communication publique et certains médias ont enfermé la lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. On y découvre un peu de la vie, des attentes et des convictions des habitants du hameau du Liminbout, où ont cohabité durant plusieurs années des agriculteurs locaux résistants et des occupants politiques de la zone d’expropriation.

+ D’infos : références, compléments [cliquez ici]

29 novembre 2018
12h30 – 15h30
Amphi 1 – Campus de Jacob Bellecombette

Entrée libre

Soleil trompeur, de Nikita Mikhalkov (1994)

Grand Prix du Jury – Cannes 1994 et Oscar du meilleur film étranger 1995.

En Union soviétique, pendant l’été 1936, le commandant de l’armée rouge Seguei Petrovitch Kotov, sa femme Marusia et sa fille Nadya profitent de leurs vacances en famille. Un ancien amour de Marusia, disparu depuis 13 ans, refait surface soudainement à la datcha familiale. Il est accueilli chaleureusement, mais il a un programme secret…

Nikita Mikhalkov : « Mon film est dédié aux victimes, à tous ceux qui ont été brulés par le « soleil trompeur » de la révolution »

+ D’infos : références, compléments [cliquez ici]