Conformément aux déclarations du Président de la République du 12 mars à 20h, l’université Savoie Mont Blanc  fermera ses campus aux étudiants à compter du lundi 16 mars.

Ceci implique la fermeture de tous les sites de l’université aux étudiants en formation initiale et continue. Tous les enseignements en présentiel sont suspendus ainsi que l’accès physique aux services (BU, service de santé étudiant, scolarités, etc.). Cependant ces services restent accessibles par mail et téléphone.

Cette fermeture implique ainsi une continuité de service (fonctionnement administratif et technique, recherche, cours à distance, etc.), qui sera organisée dans le cadre général du plan de continuité d’activité de l’établissement en prenant en compte les moyens à sa disposition.

En conséquence, dans un premier temps, les services sont mobilisés tout en poursuivant la prise en compte des situations individuelles particulières (santé, situation familiale, etc.).

De nouvelles informations seront données rapidement aux étudiants et enseignants, par mail.

+ D’infos : [cliquez ici]

CONFÉRENCE DÉBAT
Gratuit / Ouvert à tous et à toutes

Date : jeudi 26 mars 2020 / 13h30-15h30
Lieu : campus de Jacob-Bellecombette, amphithéâtre 3

Margot Giacinti, doctorante au Laboratoire Triangle-ENS Lyon et chargée d’enseignement en science politique à l’USMB depuis la rentrée 2019, réalise actuellement une thèse intitulée : Le féminicide : enjeux socio-historiques d’une catégorisation juridique dans l’espace francophone, de la Révolution française à nos jours. Elle a déjà réalisée plusieurs communications en France et à l’étranger sur cette thématique, qui touche à une réalité douloureuse, bien que commune, de la France contemporaine.

Elle viendra nous présenter les enjeux et avancées de son travail et plus largement le champs de recherche en histoire de la pensée politique et des études de genres dans lequel elle s’inscrit.

+ D’infos [cliquez ici]

L’équipe d’étudiants représentant la Faculté de droit de l’Université Savoie Mont Blanc au concours européen des droits de l’homme René Cassin a été qualifiée pour la phase orale du 25 au 27 mars à Strasbourg !

Un grand bravo à toute l’équipe : Dionis SADIKU, Eline RAVIX, Valentin BLANCHARD, Aurore BARDET (plaideuse), Némo JENVOIS (plaideur) Arthur GASSIOT-TALABOT (conseiller juridique) pour la qualité de leur mémoire qui a permis leur qualification. 32 équipes vont s’affronter, 16 requérants contre 16 défendeurs sur le sujet de la justice prédictive et du traitement automatisé des données ainsi que du juge robot.

Nous encourageons l’équipe des plaideurs et conseiller juridique pour leur préparation à la plaidoirie en tant que requérant et bien sûr pour les oraux de la phase finale !

Un remerciement tout particulier à Julien LHUILLIER-SOLENIK qui a permis la réalisation de ce challenge en manageant l’équipe depuis le mois de septembre.

SEMINAIRE
Séminaire annuel du master droit du dommage corporel [+ d’infos]

Sous la direction de Laurence Clerc-Renaud (responsable du master 2 droit du dommage corporel, maître de conférences USMB) et Lynda Lettat-Ouatah (responsable adjointe du master 2 droit du dommage corporel, avocat au barreau de Lyon)

 

Date : vendredi 02 avril 2021   de 9h30 à 17h30
En distanciel : un lien Zoom vous sera envoyé à l’adresse e-mail renseignée dans le formulaire d’inscription
Sur inscription uniquement [Cliquez ici]
Gratuit

L’année qui vient de s’écouler, en raison du confinement lié à la crise sanitaire, a accentué encore le nombre de plaintes liées à la violence domestique contre les femmes et les enfants pour atteindre un niveau incomparable à celui des années précédentes : 1 468 plaintes reçues au cours des 12 derniers mois, contre 747 l’année précédente. D’après un sondage commandé par l’association Face à l’inceste, 6,7 millions de français se déclarent victimes d’inceste, dont 78% de femmes. Des chiffres en très forte hausse. Concernant les femmes, 1 femme sur 3 est victime de violence au cours de sa vie. 3 femmes victimes sur 4 déclarent avoir subi des faits répétés. 8 femmes victimes sur 10 déclarent avoir également été soumises à des atteintes psychologiques ou des agressions verbales.

Une enquête sur les violences sexuelles réalisée en 2019 par Ipsos pour l’association Mémoire Traumatique et victimologie révèle que les enfants sont les principales victimes des violences sexuelles : 81 % des cas d’agressions commencent avant les 18 ans de la victime, avant 11 ans pour une victime sur deux. Dans 94 % des cas, l’agresseur est un proche ; une fois sur deux, il fait partie de la famille de la victime

Ces chiffres importants suscitent de nombreuses interrogations.
A l’heure actuelle, toute notre société se mobilise pour prévenir et sanctionner les violences. La honte et la culpabilité sont souvent le résultat de violences portant atteinte à la dignité des victimes. L’emprise particulièrement sur les femmes et les enfants constitue un frein à l’extériorisation des souffrances, à la dénonciation.

Si la parole se libére sur les réseaux sociaux autour des #balance ton porc, ##metoo, et #Iwas la question se pose de savoir si notre système juridique et judiciaire est à même de prendre en charge ces victimes quand on sait que seulement 10% des victimes déposent plainte, 74% des plaintes sont classées sans suite et sur les 26% restant les faits sont très majoritairement requalifiés en agression sexuelle.

Comment accueillir la parole des victimes ? Comment évaluer les dommages et les préjudices résultant des violences à la fois physiques et psychiques ? Quelles sont les spécificités de l’expertise, des procédures judiciaires et de la réparation ? Le droit est-il à même de répondre à ces questions ?

Nous aborderons ces problématiques lors d’interventions et de tables rondes avec des spécialistes reconnus de la matière : magistrats, experts-psychiatres, psychologues, avocats, représentants du Fonds de garantie et universitaires seront présents lors de discussions.

 

Affiche
Programme

+ D’infos : gestionnaire-cerdaf@univ-smb.fr

CONFÉRENCE DÉBAT
Gratuit / Ouvert à tous et à toutes

Date : jeudi 19 mars 2020 / 13h30-15h30
Lieu : campus de Jacob-Bellecombette, amphithéâtre 3

Joseph Hivert, docteur en science politique de l’Université de Lausanne, est un spécialiste de la sociologie de la socialisation politique et de la sociologie de l’engagement. Il a plus particulièrement travaillé sur les anciens détenus politiques d’extrême gauche au Maroc et leurs familles, en s’intéressant à la question de la transmission intergénérationnelle des dispositions à l’engagement politique.

Son travail de thèse, récemment achevé et qu’il viendra nous présenter, s’intitule : Les enfants du militantisme. Transmission intergénérationnelle des dispositions politiques en contexte autoritaire (Maroc, des années 1970 à nos jours).

+ D’infos [cliquez ici]